Nostalgie

Nostalgie de nuages lourds,

Un peu bas et un peu gris

D’une mer mousseuse d’écumes,

Etendue à l’infini

Et de sables, et de dunes,

Et de chardons violets

Nostalgie de hauts clochers.

Je viens te dire que je sais…

Nostalgie d’une enfance,

Pas vécue mais trop rêvée …

De bonheurs et d’innocence,

D’insouciances imaginées

Nostalgie d’un doux regard,

D’une mère-grand pas rencontrée

Et d’un vieux grand-père mineur,

Mort sans pouvoir lui parler.

Nostalgie d’un fleuve si large,

Aux eaux bleues tant chantées

D’une ville de part et d’autre,

Où ma mère me mènerait

Nostalgie d’une patrie,

D’une terre ou d’un arbre,

Perdus quelque part,

Où les traces de mon nom

Pourraient dire son histoire.

Nostalgie de vallons tendres,

D’herbes foulées lentement sous mes pas

De cheminées sur les toits, de forêts,

De fougères et de champignons plats

Et de sentiers aux boutons d’or,

Et d’orages en plein été …

Nostalgie dans mes pensées…

Nostalgie dans mes couplets…

Nostalgie de racines, de photos,

De vieux bibelots, de vieux papiers,

De livres jaunis et reliés,

Bien serrés dans un grenier

Nostalgie de tous les miens,

D’un retour possible, un jour …

De deux frères et d’une sœur,

Ignorants de mon amour.

Nostalgie d’odeurs de gaufres,

De vanilles et de joies …

Et de ne pouvoir le dire

Que pour ne l’avoir vécu pas …

Nostalgie d’effluves de pain,

Frais du four, chaudes tartines,

Et de profonds bols de lait,

Un matin clair, dans une cuisine.

Nostalgie de cris, de rires,

De ballons, de fêtes et d’enfants …

Et de batailles, de boules de neige,

Et de maraude au verger, en passant…

Nostalgie de confidences,

De complices connivences sur l’oreiller

De grandes peines, de grandes joies,

Et d’une foule de secrets.

Nostalgie trop douloureuse

De savoir mes espérances de cœur

Arrosées d’amers jamais

Où s’abreuvent tant mes pleurs.

Nostalgie de vieilles dentelles

Témoignant d’aïeules passées…

Et de les acquérir seule

Aux  souvenirs d’un vieux  marché

Nostalgie d’un cher visage,

D’un cher village,

D’une chère image

Pas de futur, pas de retour,

Pas de veau gras car pas de messages

Nostalgie d’un père ami,

D’une mère amie,

D’une sœur amie

Pas de reconnaissance, pas d’espoirs,

Pas d’attente car pas de famille.

Nostalgie d’une tante sucrée,

D’un neveu drôlet ou d’un cousin

Pas de généalogie,

Car pas d’entente, car pas de liens.

Nostalgie de leur conter mes lieux de choix,

Mes amis et mes projets.

Pas de partage, pas de dialogue,

Seul l’exil, le silence et le rejet.

Nostalgie d’un ventre rond

Qui s’ouvrait sur une enfant

Des heures de lait et de caresses

Que me dérobait le temps

Nostalgie de me voir grandie

Au fil des jours et des moments

Moi …

Fille …

Ne souriant qu’à mon regard …

Dans mon miroir

Je voulais te dire que je sais ..

Tout ce qu’il eût fallut savoir…

Extrait de « Nuances »

MandraGaur’En Individu’Elle

Publicités

Echanges et Partages...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s