A propos IV …

*

*

*

*

De la motivation et du désir …

*

(En réponse à @parmenide1)

Barreaux

Barreaux

*

*

*

Ou que nous  interrogerons en désir …

*

Ce que non pas je conteste mais que je veux mettre en exergue comme n’étant pas le sens propre à la question qui me préoccupe: la motivation …  Me semblant être l’un des moteurs érodés jusque dans les âmes les plus nobles et les plus attachées aux humains et aux droits de l’homme.  La motivation ayant pris en pleine face le déni et le mépris de l’acte non rémunéré …  C’est là le sens de mes propos dans lesquels la motivation se placerait comme désir de faire oui en effet, désir de faire, goût du faire, plaisir aussi du faire …  Je pense que le seul désir ne suffirait pas à remplir les exigences de la motivation mais qu’il en est le moteur …

Je ne pense pas même que le goût et le plaisir du faire soient engendrés par le désir de faire.

*

L’inverse est tout aussi possible, probable.

Avoir trouvé « Le Goût » peut provoquer le désir.

Par l’intermédiaire déjà du souvenir.

Et « Le Faire » comme étant pratiqué dans le plaisir peut engendrer le désir dans le goût d’y revenir.

A l’objet alors du désir.

Mais ayant préalablement été expérimenté en objet de plaisir et de goût …

*

« Y prendre goût » est bien l’illustration la plus belle que je connaisse de cette vérité.

*

Prendre goût d’avoir, ou de faire, ou de voir ou de toucher ou de goûter …

Peu nous importe à ce stade…

Le désir dans son sens le plus total comme étant cette forme particulière de l’humain qui en son âme est porté à l’esthétique, à l’élévation, à la sublimation (sauf fausse note car désir n’est pas rut dans l’immédiateté quel que soit l’objet désiré-Et j’ajoute que désir pour moi n’est ni concupiscence ni convoitise ni cupidité…

Ce sont des notions tierces qui ne sont plus de la pureté même du désir et de son objet) l’homme le plus rustre dans son quotidien peut s’arrêter au coucher de soleil et lui composer même un couplet dans l’assouvissement de son âme éprise de beauté.  Car l’homo sapiens est poète.  D’instinct…

*

C’est un postulat…

Avec lequel je pars sympathisante…

*

Certains fleurissent vers la poésie comme l’on marche vers son destin, ils sont rares et doivent le suivre en ce; majorité gardent intact le regard du poète pour composer en eux et autour d’eux et s’en nourrir au quotidien…  Cette étincelle qui leur permet de rêver… De s’envoler…  De s’élever…  Par l’émerveillement.   Et d’entendre les poètes aussi …  Tous les poètes …  C’est l’image d’Epinal sur laquelle nous pourrons mettre toutes les nuances dans le sens où la Muse se dépose à son gré …  Et choisit son Poète …  Qu’au delà de ceux passagers de la Lyre, tous sont porteurs de l’étincelle.  Elle fera le chemin que lui aura choisit son destin.  Mais je pars de l’idée que l’homme est doté d’origine d’une forme d’aura spirituelle (Les dogmes l’exploitent d’ailleurs très bien tout comme la propagande qui sait les entrées dans l’âme humaine par la séduction, la tentation de l’élévation pour séduire …) Car tout Homme est poète, toute Femme est poète et l’un de l’autre ils peuvent être les Muses.

*

C’est mon idée et c’est ainsi que je vois les choses.

En sachant tous les paramètres qui peuvent baliser le parcours à la rencontre somme toute idéale d’un Alter pour chaque Ego et le lui rendant bien.

*

Nous nous éloignons et pourtant…

Nous parlons du désir.

Nous disons que le plaisir du faire et le goût du faire peuvent l’engendrer.

Et que lui-même dans sa plus pure représentation peut faire émerger et mettre en puissance le plaisir et le goût.

*

A eux trois, pour moi, ils forment la motivation dans les interactions multiples qu’ils peuvent connaître.

Je dirais que pas de désir sans plaisir, pas de plaisir sans goût, pas de goût sans désir.

Donc pas de motivation sans l’un des trois ingrédients…

*

Je dirais que pour faire un bonne motivation il faut tout autant éprouver le désir que le plaisir et le goût du faire.

*

Le désir souffre d’une forme d’opprobre. (J’y reviendrais …) …

Il souffre de mal compréhension qui a, si l’on grattait un peu, une coloration de castration.

C’est à nouveau un postulat.

J’annonce et prends pour suffisamment plausible le cas de figure tel que je le propose en idée principale.

Je m’entends dire que le désir serait toujours quelque chose « qu’on n’a pas et que l’on n’obtiendra jamais ? » …

Je ne suis pas d’accord !

On peut l’avoir puisque l’on peut le perdre !

L’objet transitoire entre soi et le désir de l’idéal peut perdre les attraits, les signifiants …

Jusqu’à la perte du désir.

*

L’objet du désir est inaccessible dans une abstraction.

*

Mais dans la transposition de l’objet inaccessible les désirs peuvent prendre « corps » dans le réel le plus proche possible de l’idéal du désir, ou

de la représentation de l’idéal du désir …  Et le manque peut alors connaître l’épanouissement dans la réalisation « négociée » peu ou prou avec le

désir.

*

Mais le désir est réalisable.

Et pour moi le désir n’est pas appuyé sur le manque.

D’emblée à mon sens ne peut s’éclore émotion aussi élevée de l’expression de la beauté par le désir sur un manque.

*

Par définition le manque est bancal.

Parce que le manque est absence.

Absence supposant une possible présence.

Sans quoi il s’agirait d’inexistence.

Et bâtissant de ce fait des frustrations…

Douloureuses et obsédantes …

*

Ce qui est sûr pour moi c’est que ce qui manque ne peut engendrer et faire émerger quoi que ce soit.

Le manque est un trou, un vide, un déni, une négation.

Il n’y a pas parce que c’est manquant.

*

C’est le manque de motivation qui fait la carence de la solidarité …

C’est le manque de désir qui a carencé la motivation à agir …

*

J’en resterais là pour le moment mais j’y reviendrais …

Je n’ai fait que de lancer cette interrogation et déposer ces lignes dans l’amorce d’un débat ayant pour sujet la motivation et le désir …

*

*

*

MandraGau’En Individu’Elle

*

*

*

Publicités

Un commentaire sur “A propos IV …

  1. Que dire face à ton merveilleux ommentaire sur mon blog, si ce n’est te remercier et te remercier encore !
    Moi par contre je suis peu bavard, j’ai du mal avec les mots (est-ce pour cela que je fais des photos ?)

    Je ne suis ni sur Facebook, ni sur twitter. Mais je ne peux que vous remercier de vos appréciations et de votre soutien.

    Si vous aimez ce que je fais, j’ai aussi un site photos avec des reportages plus construits, pour la plupart déjà présentés en exposition:

    http://www.jacques-robert.com

    Je termine en vous présentant mes meilleurs voeux pour 2011 en espérant avoir l’occasion de vous recroiser sur nos blogs et sites.

    Encore merci

    J'aime

Echanges et Partages...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s