Minuit …

*

*

*

*

*

*

*

Mardi soir – 8 janvier 1985

*

*

Minuit

J’ai la nausée.

Et des vertiges dans la tête.

Pourtant j’ai mangé.

*

*

Demain – 9 janvier 1985

*

*

Minuit.

Je suis riche d’un nouvel agenda.

J’ai fendu, scié, coupé, cassé durant trois heures des planches, des poutres, des caisses, des armoires, des chaises, des tiroirs, des portes, des châssis …

*

*

Minuit

Il fait bien chaud dans la cuisine.  Mon poêle est en bonne santé à présent.  J’aurais à nouveau du bois.  Sous peu.  J’y suis arrivée.  L’hiver peut persister.  Je ne le crains plus maintenant.  J’entrerais dans le printemps dépouillée mais sans lèpre.  Ainsi je le veux.

Minuit

Je souffrirais. Tant pis.  Je le sais.  Je connais.  Une dernière fois.  L’oeil électronique s’est déclenché quand j’ai vu des « amis » se transformer en huissiers.  Je mets en route le « détecteur de fausses notes ».

Minuit

Le troisième programme interrompt son émission pour aujourd’hui.

Brabançonne …

*

*

*

Lendemain 10 janvier 1985

*

*

Minuit

Premier rendez-vous d’une longue série ayant pour but la réhabilitation.  La reconstruction.  La restauration.  Mais bien plus encore.  Mais surtout la charte d’un plan de paix pour une femme mutante.  Dernier bastion social.  Le plus coriace.  Le plus filandreux.  Parce que le plus public.  Le fric.  Et ses dérivés …

*

*

Surlendemain 11 janvier 1985

Minuit

Je souffre le martyre dans le dos au milieu des omoplates.  Le poids de la genèse.  Le poids du temps de l’anamnèse.  M’écrasent les épaules.  Je viens de vider le toit de la 2CV, un panier comme suspendu, des papiers perdus, du courrier au rebut, non ouvert, jamais lu. Chaque fois c’est ainsi quand je veux « consigner » ma vie.  La douleur m’écrase.  Elle me plante une dague entre les deux omoplates. Comme pour m’empêcher de me pencher sur le papier pour y consigner ce qui en moi ne peut plus longtemps demeurer.  Elle me coupe le souffle.  Je la connais par coeur.  Mais cette fois je la supporterais.  Pas d’esquive.  Elle s’en ira le jour où les stigmates qu’elle représente seront transcrits sur le papier.  Je veux la terrasser.  Non la postposer.

*

*

L’affronter …

*

*

*

*

*

MandraGaur’En Individu’elle

*

*

*

Extrait « Journal » – 1985

Déposé à l’Albertine

*

*

*

    Note : Je rappelle pour tout ceux que ça intéresse que ce que j’écris est protégé non seulement par la Licence Créative Commons mais aussi par la législation belge et internationale propre aux droits d’auteurs de même que par le dépôt des publications de ce blog (ou de tout autre de mes textes par ailleurs) dans les fichiers de la bibliothèque Royale Albertine à titre d’auteur belge repris dans les archives et déjà publié.  Merci d’en tenir compte.  Si des textes vous intéressaient vous pouvez me joindre par mail.  La page d’accueil vous informe amplement à ce sujet de même que des normes, clauses et droits d’utilisation de mon oeuvre.  -L’Auteur-
    *
    *
    *
Publicités
Cette entrée a été publiée dans Des Maux.

Echanges et Partages...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s