Des égards ?

*

*

*

*

*

*

*

*

Soirée concert au Café Rouge Citoyen

Soirée concert au Café Rouge Citoyen

*

*

*

J’ai commencé ma journée à défaire ce qu’hier j’avais fait.

Replacer les tables et les chaises, redescendre à la cave les boissons …

Congeler la bolognaise, changer l’eau glacée des pâtes et les remettre en chambre froide …

Qui va les manger ?…
Sûrement pas moi …
Pas beaucoup en tous les cas …
D’ailleurs je suis dégoûtée …
Dégoûtée oui du peu d’égards que certains ont vis à vis d’autrui …

*

Voilà donc un concert planifié, une date arrêtée, une organisation mise au point … Le tout confirmé sur place par les intéressés trois jours avant l’évènement …

On me demande de préparer des spaghetti/bolognèse pour 20 personnes, de prévoir des boissons en suffisance, de défaire la batterie, de l’enlever de la scène, de déplacer le piano, de bouger les tables, de transformer les chaises en « gradins » …
Et je prépare le tout, cuisine, salle, cave, frigo … Et le soir venu, le hier soir venu, à 18 heures tapant, fraîche comme une rose après un dernier état des lieux où rien ne manque où tout est prêt … J’attends …
Des musiciens …
Et leur public …
Qui doivent arriver, selon leurs dires, vers 18.30 heures :
« Ca ira ?… C’est pas trop tôt ?… »
– – –
« Ca ira oui … C’est pas trop tôt non … »
– – –
Et j’ai attendu …
Et les musiciens ne sont pas venus …

Pas un émissaire, pas un appel, pas un signe, pas un mot, pas un mail, pas un sms, pas de rien de tout cela … Le silence, les aiguilles qui tournent, et une vilaine et sirupeuse tristesse qui t’envahit le coeur …

Non parce que tu perds une soirée qui viendrait bien à point, (les « affaires » vont si mal), le petit commerce et surtout les initiatives socio-culturelles sont si malmenées que viendraient bien à point quelques deniers pour payer …
Pour payer ?…
Euh …
Qui déjà et quoi ?…
Les assurances, le loyer, l’électricité, le gaz, les taxes d’état et les taxes communales, le secrétariat social, l’abonnement d’entretien des systèmes d’alarme et de détection incendie, l’intendance informatique, le contrat d’entretien des pompes à bière, la Sabam, la rémunération équitable …
Heureusement on ne paye plus de TVA …
C’est àdire que nous n’avons plus assez de recette pour avoir à en rembourser disons le ainsi car c’est ainsi qu’est le vrai …
Nos charges égalent ou dépassent nos gains depuis bon temps déjà et nous ramons ah oui ça nous ramons tiens là ….
Dans la mouise …
Et un concert, vingt couverts et un peu de consommations bien sûr que cela a du bon ….

Mais ce n’est pas là non ce n’est pas là non que j’ai eu mal hier et encore en ce moment où je vous parle …

Ce qui me peine, me fait souffrir, me fait mal, m’insupporte aussi et me fait chagrin à l’âme et à la dignité aussi ben oui pourquoi le nier ce qui m’affole dirai-je même mieux encore car c’est affolant que ce soit possible pareil déni d’autrui !…

Voilà ce qui me saoûle pour employer le joli langage d’aujourd’hui oui bien sûr que cela me saoûle et me donne le tournis que ce soit possible pareille inconvenance aux règles de bienséance entre les humains …

Rien de moins …
Je souffre à cet endroit là …

Là où je suis obligée de m’imaginer et de constater qu’il soit possible que l’on vienne dans un endroit destiné et conçu pour tous et pour le partage, un endroit où la musique est l’invitée d’honneur, un endroit où tout est pensé avec sincérité au profit de tous et pour tous que l’on puisse promettre et ne pas tenir, planifier et ne pas venir …
Sans même mot dire …

Sur les huit années de « carrière » de mon Café Rouge s’est la troisième fois que je me retrouve confrontée à cela … Avec des variantes bien entendu en d’autres cirstances où des concerts sont annulés l’heure avant celle où ils doivent commencer et j’en passe et des plus amères tout de même mais là …
Là …

J’ai dépassé toutes les bornes là pourtant j’aimerais continuer … Chaque lettre que j’ajoute pour tenter exprimer mon désarroi et ma peine fait monter le compteur des « caractères » …
Là j’en suis à 3445 et ça continue de tourner … J’exagère oui …
C’est sûrement vrai …
Je bavarde ?…
Aussi, oui certes je suis une pie …
Ma foi …
Il en faut des pies …
Aussi …

De celles qui disent ce qui leur tourmente le coeur et l’âme et la constante lucidité si harcelante, peut-elle faut-il s’en taire toujours et garder en son coeur censurée la simple constatation de ce fait terrifiant que les humains entr’eux ont perdu le fil de la fraternité, ce lien qui confirme l’existence de l’autre dans la reconnaissance de son importance par les égards … Les simples « égards » le signifiant dans son sens …
Tel qu’il compte …

Mince, j’ai pas fini mais je dois m’arrêter là … Les TweetLonger ça chauffe avec moi …

Je ne lolle pas …

Il faut ouvrir le débat « aux égards » les uns vis à vis des autres, à la solidarité, à la fraternité …

Nous devons tirer leçon et savoir, je m’en faisais la réflexion tout à l’heure en parcourant ma LigneDuTemps et en allant vous rendre visite les uns et les autres pour mieux vous entendre, vous comprendre, vous savoir …
Savoir oui …
Il nous faut …

Que nous avons à apprendre et réapprendre le sens même du mot « Solidarité » …
Retenez ce que je vous raconte là …
Solidarité …
C’est la notion impérative sans laquelle aucune valable révolution ne pourra avoir lieu !…

Tous nous sommes passagers du même paquebot et tous nous croisons sur la même mer et tous nous avons la même destination :
Vivre pour Mourir …

Mais vivre, en attendant de mourir, et le mieux et le plus heureux qu’il se puisse … Sans pour autant empêcher l’autre de vivre aussi, et du mieux et du plus heureux qu’il se puisse …

Et cette loi est strictement la même pour chacun d’entre nous … Dans ce qu’elle entends de droits tout comme dans ce qu’elle entend de devoir les uns vis-à-vis des autres et chacun vis à vis de soi …

C’est en vertu et au titre de cette loi unique et universelle, propre à chacun de nous, qu’il nous faut enfin réapprendre le sens profond du mot solidarité et remettre à jour nos connaissances pratiques pour mettre en oeuvre le mode d’emploi afin de pouvoir nous unir valablement et oser penser une révolution citoyenne pacifique …

J’arrête là …
Entretemps le compteur affiche 5351 caractères et ça continue …

A plus tard …
Pardonnez moi …
Cette longue réflexion écrite …
Elle n’est qu’introductive …
Je tenais à venir avec vous la partager …

*

*

*

@DBoulard

Désolée que tu sois confrontée à ce genre de réalité, une manque d’humanité et de partage!

Je comprends…

Bisous à toi!

*

*

*

On Saturday 7th August 2010

@Caffe_Rouge said :

Bien sûr que c’est désolant …

@DBoulard

La leçon que j’en tire pourtant est que nous avons à nous corriger dans nos relations …

Apprendre à être « de parole » à savoir que nos dires correspondent à nos actes …

La solidarité musicale par exemple, dans le contexte d’une initiative socio culturelle collective et au profit de tous de surcroît suppose à fortiori le respect de la parole !…

Etre un homme, être une femme de parole, à mon sens, est la première et indispensable exigence de qualité de la véracité et de la crédibilité d’un discours révolutionnaire …

Ne pas tenir parole est la base même du foutoir (permettez moi cette piètre expression tout compte fait) face au marasme, au désastre dans lequel nous sommes et qui prend appui sur le manque de parole de ceux que l’on dira « nos élus » car il me débecquette de les nommer « nos gouvernants » !!! Nous n’avons cure ni nécessité d’aucune gouvernance, mais nous avons à nous pencher sur la question de la concordance parfaite de notre discours et de notre praxis …

Ce qui demandera, dans la concrétisation, des actes qui ne seront pas tous au goût de chacun …
Je ne parle plus des musiciens …
Je parle pour exemple des « acquits » si minimes soient-ils, (et nous pouvons dresser une liste non exhaustive de ceux-ci pour tout un chacun de nous) Ces « acquits », s’ils sont en discordance avec le Juste, qui sera d’accord et suffisamment droit et convaincu en son âme et conscience que le profit de l’acquit à sa seule cause devient effraction dès lors que son discours en appelle au « partage équitable » des droits et acquits ?…

Je pose la question …

La défection de ces musiciens sans vergogne ni égards ni même considération de leurs propres rôles et fonctions dans le projet d’un concert « au profit de tous » n’est qu’un exemple type de ce que le concours d’une parole et d’un acte se doivent d’être harmonieux …
En tout et toujours et pour tout …
Sans quoi jamais une révolution valable, déterminante et radicale ne pourra avoir lieu …

Merci de votre lecture et de votre soutien Danièle. Votre présence dépasse de loin l’apparition de votre sourire quand vous venez pour m’en dire sur ma LigneDuTemps … Je vous lis, encore aujourd’hui dans votre blog, d’ailleurs la fenêtre est encore ouverte et j’y ai un commentaire en cours … Il vous arrivera sous peu …

Cordialement et Amicalement mais tout autant humainement, citoyennement, en femme de la Terre parmi les femmes de la Terre, parmi les vivants …

*

@DBoulard –

« Apprendre à être « de parole » est une éthique/responsabilité du citoyen qui doit à tout prix être respecter !

Assuré!

A+

*

*

MandraGaur’En Individu’Elle

*

*

*

 » (Gazouillis ?…)

*

*

*

*

*

Note : Je rappelle pour tout ceux que ça intéresse que ce que j’écris est protégé non seulement par la Licence Créative Commons mais aussi par la législation belge et internationale propre aux droits d’auteurs de même que par le dépôt des publications de ce blog (ou de tout autre de mes textes par ailleurs) dans les fichiers de la bibliothèque Royale Albertine à titre d’auteur belge repris dans les archives et déjà publié. Merci d’en tenir compte. Si des textes vous intéressaient vous pouvez me joindre par mail. La page d’accueil vous informe amplement à ce sujet de même que des normes, clauses et droits d’utilisation de mon oeuvre. -L’Auteur-

*

*

*

Publicités

2 commentaires sur “Des égards ?

  1. genre_m dit :

    Bonjour Mandragaure,

    Je comprends votre cri même si je n’ai pas vécu la même expérience que vous. Cependant, du haut des 4 dizaines d’années j’ai pu constater avec regret, tristesse ou énervement ce manque de respect, de ‘parole’, de responsabilité.

    Nombreuses sont les personnes, et pas que des jeunes, qui ne respectent pas les autres et pourtant, respecter les autres c’est se respecter soit même.

    Mes parents m’ont appris que je ne dois pas faire aux autres ce sue je n’aimerais pas que l’on me fasse; tout en ajoutant que la liberté s’arrête où celle des autres commence. Je m’applique à respecter ces principes de base et je m’efforce de les inculquer à mon fils, Ado de 14 ans maintenant.

    Les parents doivent (re)apprendre les responsabilités, le respect et s’assurer que ces valeurs sont partagés par leurs enfants. La société, les politiques (par l’exemple qu’il devraient montrer) et l’école doivent aussi y participer.

    Cdt.

    J'aime

Echanges et Partages...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s