Les Mots

*

*

*

*

*

*

*

Si j’arrive jusqu’à ce lit …

Pas sûr …

Faut voir …

Je la connais …

Elle n’est pas facile et ne veut pas obtempérer …

Elle veut écrire encore je le sais …

La fatigue est un faux alibi –

Elle veut résister –

S’insurger contre elle-même –

(Souvent je n’ai rien à dire …)

Quand le poids lourd de son corps éreinté la terrasse,

quand il se soumet docile oui

alors l’écrit devient le plus léger, le plus fertile…

« Quand le sage montre la lune le sot regarde le doigt »

Les mots, c’est comme le doigt !

On les jette en l’air

en espérant qu’au milieu de la foule des cons

qui passent sous l’balcon,

y aura quelqu’un qui saura les déchiffrer.

Des bouteilles à la mer en quelque sorte,

dont la plupart rejoignent  » les fonds marins  » …

Parfois je me fâche avec les mots.

Me vient comme le goût de les brusquer.

De les déflorer.

De leur faire violence.

Pour qu’ils m’écoutent.

Alors je les tutoie !…

Les mots !…

Et je ne leur mets plus de majuscules, par exemple …

Je n’en veux plus des majuscules …

Elles sont de trop !…

Alors je me parle tout haut,

devant eux je m’interroge et je me dis :

 » Mais quoi ?… Raconte moi un peu là ?… »

 » Pourquoi mets-tu des majuscules aux mots ?

Tu crois qu’ils le méritent ? « 

Alors les mots …

Je les emmerde !…

Brusquement et carrément je les écrase, je les presse, je les lacère …

J’en fais des scoubidous !…

Je me gausse d’eux, et je les moque !…

Oui je les moque …

Je me dis,

droit devant eux là

qui se tortillent sur le papier je me dis :

« Regarde-les donc voyons se hausser du col !

Regarde les donc les fats croire qu’ils ont la puissance de traduire la réalitlé !…

Bah!… »

Je les toise me disant :

« Vois ! Ils ne sont que faquins prétentieux !… »

« Les mots !…

Ils me snobent aux heures noires

quand le dard de la douleur

et du désespoir d’être encore

d’être là

me lacère le coeur … »

Alors !…

Je les soumets à la douche froide.

Je les fais sortir en rangées

comme des laquais

de ma bouche en cul de poule …

Plus un traître vocable de mot

je ne crois en ces heures là !…

Et je les éructe,

les plus laids,

les plus vulgaires,

les plus idiots.

Je les malmène,

les traîne par les cheveux,

au sol,

sur le dos …

Et je me fiche d’eux

les écoutant me sussurrer des mots d’amour-

Ah les vautours !

Je leur ris à la face et n’en crois pas un MOT !

Ha Ha !

C’est la meilleure et la pire des choses …

Ouais !

Que de donner foi aux mots …

Je les mets en défaut …

Des fois …

Je fais souffrir les mots

comme ils me font souffrir

quand crédule ils viennent me cueillir …

Il le faut …

Certains soirs ainsi

il me faut les mettre un peu à carreau !…

Pas qu’ils se croient sans cesse les plus forts !…

Les plus beaux !…

Mais ces moments sont rares-

Et ne durent pas –

Et même s’ils m’en font voir

les mots

j’ai b’soin d’eux …

Ils sont à la clef de toutes mes partitions …

(Composé ce soir ici même

et dans la foulée de mes fâcheries

(momentanées)

avec les mots…)

– Adio ! –

*

*

*

*

*

*

MandraGaur’En Individu’Elle

*

*

*

*

*

*

(Journal)

*

*

*

*

*

(Voir restrictions et droits d’auteur page d’accueil)

*

*

Publicités

Echanges et Partages...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s