L’impossible

*

*

*

*

*

*

*

*

*

Et je grappille des minutes de mon sommeil.
Car je ne puis dormir cela est vrai …
De ces deux journées vous le savez ?
Que tant et tant de fois de vous j’ai songé, j’ai pensé…

A vous j’ai rêvé …
Et lui de moi ?
Qu’en est-il de tout cela ?

Nous ne sommes plus très loin de ce moment qui vient …
L’aube dont il me parlait, le lever du jour…

Et le moment attendu …
Celui où il allumera sa machine à me lire…

Où il trouvera mes billets…

J’ai peur là s’il te plaît.
Car je vous pense …

N’allons pas par quatre chemins …
Ni de main morte sur le sujet de l’amour…
Pour ne pas dire que j’y viens la main tendue…
Ou les bras ouverts …
Le coeur sur la main…
Ou même la main sur le coeur…

C’est parce que je n’ai pas d’amour que j’ai tant envie d’en parler…
C’est parce que je n’ai pas d’amour que je suis là à ‘noctambuler’ …

Je le souhaite, je l’attends, ah je l’attends d’un coeur ardent …
Je le guète, le provoque, l’espère …
Qu’il revienne me hanter de bonheur même délétère…
Qqu’il veuille bien oui me pousser vers « lui » …

Mais lui je le rêve tout à moi …
Et qu’en sera-t-il de cela ?

Je marche, je vous le disais, au bord du précipice.
Et des fois j’ai le pied qui glisse.
Et des fois je me penche.
Et des fois …

Je l’attends ce prince…

Qui fera de mes dimanches des journées pervenche …
Qu’en sera-t-il de cela dites le moi ?…

Il me semble que là où nous nous sommes croisé…

Est un endroit assez froid.

Un coin de rue, un bout de tunnel…

Un chemin qui ne mène nulle part.
Et même pire que cela …

Et que cherchions nous là ?…
Que voulions nous trouver là ?…
Vous moi qui n’êtes pas libre d’aimer ?
Ou moi vous qui espère et rêve d’un être …

Libre de m’aimer ?
De m’aimer de m’aimer tout au long des nuits et des journées …

Voulez-vous voulons nous veulent-ils être deux ?
Or pourtant déjà nous le savons que cela ne se peut …
Voulez-vous être à deux ?

Avec moi qui désire être à lui être à deux ?
Et à deux être à nous ?

J’attends depuis tant de temps un prince …
Un prince qui tarde à ne venir pas …
Je ne suis que moi-même ainsi que …

Vous-même n’êtes que vous …
N’est ce pas ?
Echanger c’est partager.
Partager c’est découvrir.
Découvrir c’est se trouver …
Dans l’Autre oui !?
L’Autrui …

Impossible de se voiler la face…
C’est bien la direction finale…

Je ne rêve pas d’une amitié…
Ou pas seulement…
Ou pas tout le temps…
Je suis seule et sans amour …
Et comment imaginer de passer de rien à l’amour ?
Ou de l’impossible à l’amour ?

Le sait-il seulement se demande-t-elle en est-il conscient ?

J’ai besoin je le veux le souhaite…

Il me faut un amour pour vivre pour le vivre.
Je ne puis m’aimer seule et cela est létal…
Chercher l’amour d’ailleurs paraît plutôt paradoxal…
Tant je reste persuadée que c’est lui qui nous trouve.

Et serait-ce qu’il croit nous avoir trouvé ?
Et dans ce cas que pourrons nous lui opposer…

Pour le décourager ?
Si ce n’est l’impossible …

Je pense aussi que le temps que nous prenons.
Déjà.
Que nous prendrons.
Enfin.
Que nous accordons.
Leur accordons
A nous accordons.
Ou nous nous accorderons…
A nous connaitre…
Et quand je dis connaître…

Tissera un lien.
Et ce lien fera la trame sur laquelle couleront des larmes…
Oui je le sais déjà qu’un jour …
S’il croit en nous l’avoir trouvé l’amour.

Plume d’ange ainsi me nomme-t-il et pourquoi déjà ?…

C’est aussi encore au-delà du premier pas…
Et même loin déjà de l’autre côté de la barrière…
Ne resterait qu’à traverser la rivière ?
Un pas qui sera capital.

Ou fatal …
Vous me demandiez :
– « Avons nous déjà fauté ? »

Si faute il y a …
(Ce mot que jamais je n’utilise.
Je lui préfère celui de responsabilité)
Si faute il y a qu’il craint.
Serait-ce que déjà (s’il me l’a demandé)
Que déjà en lui il sente que le chemin qui mène à moi…
Est un chemin qui ne se peut pas …

Voilà des années.
Oh de si longues années.
Que je suis seule oui et quand je dis seule…
C’est sans amour.

Car pour dire d’être à deux.
De vivre à deux.
C’est en années que ça se compte…
Et jamais rien ne commence par ‘des années’ .
Puisque tout reste à construire.

Mais de ne pouvoir …
Même si de le vouloir.

Etre aimée elle le désire tellement.
Pour elle telle qu’elle elle est elle et pas autrement.
Et si tant et si tant …
Compter pour quelqu’un.
Ne plus vivre pour personne.
Ne plus vivre sans …

Je ne puis m’aimer seule.
Ni seule ne puis m’aimer ni aimer …
C’est là ma principale quête.
Et qu’en sera-t-il de cela ???

Oh que la nuit est longue et froide…

Et il me disait :
– « Inondez moi de vous… »

Et la phrase lui restait en mémoire durant ces deux jours.
Mais peine perdue oui perdue toutes ces peines
De cogiter et de tourner sa phrase dans ses pensées…

Telle une rengaine.
Et de n’oser de n’oser plus de n’oser pas.
Et de ne parler pas car de savoir…
Que le seul vrai espoir serait de dire tant qu’elle en a ce désir,

De lui dire :
– « Mais …
– « Aimez moi ! » …

Et de savoir oui qu’il le sait de savoir que cela ne se pourra …

C’est un chemin semé d’embûches.
Dans lequel déjà ses pieds trébuchent.
Et qu’en sera-t-il de ces attentes, de ses attentes…
De ces longues heures silencieuses et dans la tourmente…
De ne pouvoir non ne pouvoir partager ce tout d’elle en elle gardé.
Et clos
Et bien préservé ?…

Pour le jour où il devrait arriver …
Celui qui pourrait enfin l’aimer …

Et pourtant le rêve et le temps s’étirent et l’achèvent.
Et si subit devant moi se dessinait ne serait-ce qu’un peut-être…
Même petit.
Ce serait illusion ou mythe ou mirage…
Car il ne peut le lui offrir …

S’il se pouvait oui se dit-elle si cela était …
Que se puisse que la vie ne dise non …
Que se puisse que la vie leur dise oui …
Non plus non mais oui ?

J’aurais devant moi alors tout le temps du monde.
Sans garanties certaines cependant et pourtant…
Je m’appliquerais à détacher toutes ces lettres une à une;
Et à les remplacer par celles qui formeraient le oui ….
Non plus non mais oui !?

Alors peut-être tu pourras devenir mon ami ?

Mon aimé ?

Mon amant ?…
Et moi de même ?
Mais quel tourment …
Alors peut-être nous pourrions entrer en amour …
Alors peut-être avec ce oui il me donnerait tout son amour ?

– « Mais raisonne mais raisonne donc ! »

S’entend-elle se dire …

Alors je ne pourrai pas vous dire :
– « Je vous aime … »
Car je vous aimerais déjà…
Alors j’aurais certainement pu mettre ma main dans la sienne.
Car alors bien sûr que déjà…

Vous auriez pris ma main dans la tienne.
Et nous irions par quatre chemins …
Par un des quatre chemins …
Car alors je le laisserais entrer dans mon coeur.
Mais cela fait peur…

Oui cela fait si peur d’y penser d’en rêver;
Et de savoir…
Que cela ne se peut ….

Et du bout de ses lèvres il déposerait sur les miennes…

Un baiser ?
Oser dire oui et s’élever …

D’ailleurs je le crois la vie appartient à ceux qui disent oui …
Oui à la vie et oui à ses risques et oui à l’épreuve…

Et oui à l’impossible ?
N’est ce pas douleur s’annonçant là devant moi ?
D’en souffrir d’en pleurer d’en crever ?

La vie appartient à l’amour…

Qui revient à ceux qui osent lui dire oui.
Et qui par là-même avancent !
Un oui pour un départ.
Un non pour un arrêt.

« La liberté c’est l’engagement … »
« Sans engagement pas de liberté… »

S’engager n’est ce pas que c’est « se mettre en gage » ?
En gage de quoi en vertu de quoi ?

Allons nous croire pouvoir réaliser cette liberté là …
Alors que lui engagé déjà …

L’amour appartient à la vie…

Qui revient à ceux qui osent lui dire oui.
Et qui par là-même s’engagent !
Un oui pour un départ.
Un non pour un arrêt.

Cependant …
Si tout s’arrête !…
Ah les larmes amères qu’alors ils pleureraient …

Il me disait :
– « Faisons que l’impossible devienne possible…

– « Comme Alice au pays des merveilles … »
Mais avons-nous le philtre ?
Avons-nous le secret ?
Dites moi l’avons nous la clé ?
Celle qui permet d’entrer…
Par la toute petite porte…
Celle qui sépare le réel perfide d’un imaginaire translucide

Dans lequel le rêve deviendrait vrai ?

Nous est-il permis, à cet impossible …

De rêver, s’il te plaît ?

*

*

*

MandraGaur’En Individu’Elle

Journal – Avril 2010

*

*

Pour les droits d’auteur voyez la page d’accueil

*

*

*

Publicités
Cette entrée a été publiée dans A La Muse.

Echanges et Partages...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s