Symphonie

*

*

*

*

*


*

*

*

*

*

*

Nocturne Impromptu…

Tracées hors de cette nuit emplie de visions …

Ces paroles …

*

*
J’allais de page en page et de-ci delà …
Passant ma nuit si proche si près …
C’est à lui que j’enverrai mes solitaires pensées …

S’il existait …

Celles qui jaillissent,

Pareilles à des étoiles,

Dans une sauvage obscurité …

Pareilles à des ombres,

A la recherche d’un ciel immaculé …
Et les laissant là …

J’ai dis laissons les là …
Et décris-les pour les partager avec lui …

Quand il viendra …

Une nuit aux lumières de l’étoile bleue …

Où les échos même affleurent…

Les résonnances …
Ainsi je voyageais, écoutant, regardant …

Et réfléchissant à tous ces secrets …

Ces paroles libres d’entraves …

Ces phrases d’une contrée,

De terre inconnue …
Mais les voix murmurantes pourtant …
Ce murmure des voix dis je pourtant …
Celles qui laissent la souvenance…

Dans l’âme et l’esprit …

Celles qui esquissent la forme…

Et la force dans la pensée …

Celles dont la rumeur alentours dit :

– « Tu n’es plus seule …”
Alors que promenant …
Alors qu’écoutant …
Alors que m’étonnant …
Alors que me promenant j’ai dis …

Atteignant ses pensées,

Au travers de l’atmosphère …

D’un rivage à l’autre,

D’un rivage à l’autre tanguant …
Nos pensées,

Nos émotions…

Si sensiblement transposées …

En musiques, sons et esquisses …
En écoutant dis-je …

Sa musique, et ces paroles,

Ces rythmes, ces bleus…

Ces blues …
Et m’étonnant j’ai dis …

Comment parviendrais-je …

A amorcer le retour …

En aval vers le courant du non sens ?
Là où le bleu semble noir dis-je …

Qu’importe …
Alors que les émotions si près si proches …

Si semblables dans la proximité de l’étoile bleue …
Tandis que mes doigts se tendent,

Et touchent …

Et ressentent son aura lumineux …
Alors que sombrant profondément à l’intérieur …

Des cercles;

Eternellement blessés par les épreuves …
Tandis que,

Volant hors des frontières du désespoir …

Hors de la misère,

Loin des brillances hostiles …
Où vais-je trouver ce désir ?…

Pas même la force ni même le goût …
Même pas l’idée de reprendre à l’envers…

Le chemin parcouru …

Et de partir à nouveau …
Et de quitter, j’ai dis, à nouveau …

Je le dois …
J’ai à le faire …

Une fois de plus le jour arrivera …

De sorte que jamais les charmes de nuit …

N’appartiennent à ma route,

Et ne puissent rester à mes côtés …
Qu’à cela ne tienne …

Je reviendrais encore …

Et encore…

Tout comme cette nuit,

A suivi d’autres nuits…

Auparavant …

Et ainsi de suite il en sera …
Je m’en suis confiée à la Muse …

J’ai voulu lui raconter …
De sorte qu’elle lui dise que je sais …

Et reconnais tant de moi en tout de lui …

En tout cela tel qu’il parait,

J’entends la voix et je comprends …
Que c’est ainsi que je rêvais …

D’être comprise …
Afin qu’il sache …
Qu’il l’apprenne pour sûr …

Qu’il apprenne de certitude.

J’insiste dis-je …
Depuis que j’ai vu la figure de l’absolu …
Au dedans d’émotions imagées tant élevées …
Qu’il sache que l’incertain ….
Est apte à engendrer un vol harmonieux …
Depuis que j’ai entendu,

De-ci delà,

La voix de l’étoile bleue …

Tournant les pages une à une …

Qu’il sache que la dislocation …

Est en puissance de s’élever vers la symphonie …
Depuis que je rencontrais les milliers…

Et plus encore de ces couleurs …

Depuis que j’ai intériorisé…

Les silhouettes et les sons et le toucher …
Qu’il sache…

Que le côté sombre de chaque tourment …

S’efface en se propulsant,

Pour voler plus haut et plus loin,

A l’intérieur du firmament …
Depuis…

Que j’ai connu la résonnance du rayonnement …

Et les paroles grinçantes,

De métal et d’acier,

Et les rires et les cris …
Qu’il sache que la terre a tremblé …

Et s’est divisée …

S’ouvrant …

Pour exhiber le côté scintillant de la cavité …
Depuis que je me suis approchée des rayons…

Et des frontières …

De cette lumineuse étoile bleue de nuit …
Qu’il sache …

Que le vide de l’obscurité ouvrira le chemin …

D’où, issues du silence,

Naîtront les nacres du jour …
Afin qu’il le sache pour sûr …
Qu’il les sache de certitude j’ai dis …
Ces paroles …
Toutes ces paroles …

Tracées dans cette nuit emplie d’entendements …

Qu’elles furent créées,

Composées,

Ecrites …

Et envoyées rien que pour lui alors que…

Cheminant,
Alors que l’écoutant,

Que m’étonnant de son monde …

Emplit de sonorités …

Ces vers comme s’envole l’oiseau ont émergés …
Et allèrent …
Droit vers l’étoile bleue …

*
Muse …

Je te prie …

Dis le lui tout ceci …

*

*

*

*

*

*

RED_BAKKARA

*

*

*

*

*

Droit d’Auteur ?… Assurément !

Reportez vous à la page d’accueil

*

*

*

*

Publicités
Cette entrée a été publiée dans A La Muse.

Echanges et Partages...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s