Le Poète

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

Mais Vous n’avez Rien Compris !

N’avez Rien Vu !

Vous êtes Aveugles !

Vous êtes Muets !

Vous êtes Sourds !

Surtout oui !

Vous êtes Sourds !

*

*

*

Dans ce Monde Déchaîné

Où seul le Gain a Valeur,

Où l’Âme Moquée se meurt de Terreur,

Que peut faire Encore Le Poète

Sinon Attendre l’Heure ?…

Sinon Décrypter les Bruits Lancinants

Émergeant de Lieux Souterrains

Où l’Horreur Tapie Patiente ?…

Se Taire de cela le peut-il le Poète ?..

Humains et Sociétés Tourmentés,

Sols Sanglants, Bouches Cousues,

Vies Basculant de Soumission à Insurrection

Doit-il se Taire le Poète ?…

*

*

Être Décrié dans ce Monde

Où Banalité et Trivialité gagnent

Sur Originalité et Profondeur

Est Marque d’Indépendance et de Qualité d’Esprit.

*

*

Comment ne pas Glisser dans la Déréliction

Face au Temps Révolu,

Perdu à Jamais,

Où la Main Tendue et le Geste Gratuit

Avaient Sens Humain ?

*

*

Le Poète ne Sait pas la Vérité …

Il en Éprouve le Présage …

Il ne Voit pas l’Avenir …

Il en Pressent les Augures …

*

*

La Prétendue « Folie » du Poète Réside

Dans cet Incommensurable Espoir

De voir Naître un Monde Neuf

Où L’Art de l’Amour Unirait les Hommes …

La Mélancolie et la Désespérance du Poète

Sont Fruits de sa Quête de L’Idéal Humain

Confrontée à la Conscience de son Utopique Rêverie …

*

*

Rien de ce qui fut ne Résiste, ne Persiste.

Tout fut Consommé,

Le plus Beau et jusqu’au Feu du Soleil…

Ils sont Parvenus à Tout Corrompre.

*

*

Orphelin Accompagné de sa Muse

Le Poète Défriche le Chemin des Visions Obscures

Avide de Lumière

Il ne Cesse d’Invoquer la Ligne du Jour …

*

*

Les Rythmes du Temps s’Alourdissent

Et Pèse sur l’Humanité

Une Sournoise Désolance

Résonnant d’un Timbre Solennel

Et Creux Comme un Glas…

*

*

Chaque Nuage dans le Ciel

A son Poids d’Évanescence

Distillant en Larmes Iridescentes

Les Encres Tourmentées

Dont le Poète tache ses Cahiers.

*

*

Et vient la Nuit.

Nul ne se Tourne vers Lui.

Seuls les Papillons Nocturnes

Viennent se Poser

Sur les Roses de Sang

Que le Poète a Transcrit.

*

*

*

*

*

*

*

*

RED_BAKKARA

*

*

*

*

*

*

Droits d’Auteur

Voyez la Page d’Accueil

*

*

*

*

Publicités
Cette entrée a été publiée dans A La Muse.

Echanges et Partages...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s