…La Fourmi et la Cigale…

LA FOURMI ET LA CIGALE

 

La Cigale (Sur un ton chantant)

Dis moi voisine, la Fourmi, peux-tu m’instruire s’il en est,

Des raisons qui te font ainsi dépêcher

Du matin au soir,

Par monts et par vaux

Et dans tes sombres couloirs?

(Se déplace, toujours sur un ton chantant) 

Puis encore, si j’en juge, pas même la nuit tu ne t’arrêtes

Car toute l’heure qu’elle dure je t’entends trottiner

Du haut vers le bas et vice et versa

Dans la pénombre de tes labyrinthes et escaliers.

(Se penche vers la fourmi, étonnée, la questionne) 

Ne peux-tu donc jamais t’arrêter ? Te prélasser ? Et rêver?

La Fourmi (Bourrue et agacée)

Rêver à quoi, ma chère amie?

(Ironique, scande) 

Au temps, que demain, il fera ?

Et au tas de nourriture que j’aimerais avoir là,

A portée de pattes et dans tous mes greniers,

Entassée, haute, riche, variée ?…

(Sur le ton de la confidence) 

Et en sécurité !…

(Docte et sévère, accentue) 

A la vérité, bien chère commère,

Si à sa recherche je ne m’en vais courir…

Elle…

Ne me tirera pas la basque afin que j’aille la quérir!

La Cigale : (Douce, presque murmurant) 

Oh, bien sûr! J’entends cela…

Et d’ailleurs, il va de soi.

Nulle intention de ma part de t’en faire reproche.

Mais…

Par sympathie, voisine amie,

(D’un geste complaisant elle hèle la Fourmi) 

Viens là !..

Approche…

(Et sur le ton de l’étonnement) 

Ne peux tu donc jamais, en somme, faire chose autre que d’entasser ?

Te faut-il toujours te préoccuper ?

Serais-tu, à cela, condamnée ?

A ne voir pas plus loin que le bout de tes antennes,

(Et mettre en garde la fourmi, amicale et confidentielle) 

A ne te soucier pas de la vie qui est là,

(Prudente, un rien plus bas, presqu’chuchotant) 

Pour peu de temps, crois-moi…

(Puis soudain enchantée, emportée à partager) 

Ne te donne-t-elle pas le désir de chanter ?

Et d’engranger, oui, certes, moissons de puérils plaisirs

Dont elle veut bien nous bénir.

(Poétique, récitante, louant, comme en un hymne) 

Le chant des oiseaux, aux premières lueurs de l’aube…

Les perles d’aurore scintillants sous les feux du levant…

Le midi torride, où l’air lui-même semble vide,

Où plus rien encore ne bouge, pas même le temps…

Et les soirées câlines s’égrenant sur des notes cristallines

Venue saluer les nuances divines dont s’irrisent les cieux au couchant ?

(Bienveillante enfin, encourageante) 

Alentours de toi, Fourmi, n’entends-tu pas ?

Ne vois-tu pas ?

Ne sens-tu pas, ma chère,

Alors que tu trottes dans tes forières,

Les fleurs soyeuses, les fruits irisés

Dont les parfums subtils jusque dans les clairières

Viennent te charmer, te séduire, t’enivrer ?

 

La Fourmi : (Enervée, et quoiqu’émue, pressée, se forçant à la courtoisie)

Tu me retiens là, Cigale !

Je t’écoute, mais ne peux te suivre.

La tâche m’appelle…

Et m’interpelle le temps.

Il me faut aller !

Il y a là-bas dans les fourrés un beau tas de provisions qui m’attend.

J’y vais !

La Cigale (Désolée, mais généreuse) 

Va !…

Pour t’accompagner, je chanterai pour toi.

La Fourmi : (En partance, se retourne et lance sur le ton de la moquerie)

Tu chanteras ?

(Et ricane) 

Pour moi ?

(Et agressive) 

T’ai je rien demandé ?

(Et étonnée) 

Ainsi passe ta vie ?…

(Fâchée. Inquiète aussi) 

Mais où donc caches-tu ton esprit, Cigale, que feras-tu ?

(Insiste, acide, perfide) 

Que feras-tu ?

Quand le soleil ne sera plus ?

Quand le vent tourbillonnera aux portes et que de froid tu seras perclue ?

Quand la neige aura enterré les fleurs ?

Quand aucun oiseau ne chantera plus ?

(Et décidée à lui rendre service de ses sinistres augures) 

Les fruits, irisés, dont tu me parlais…

N’en retient que la saveur, et épargne les !

(Sur un ton hautain, soudain, et moralisateur) 

Car les levers frileux et les jours gris,

Cigale, pour les traverser, comment feras-tu dis ?

Tu chantes !

Tu chantes !

Ma foi…

Je t’entends !

Et de nuit encore !

Puis, le matin, tu dors !

(S’enorgeuillant…) 

Tandis que moi, entretemps,

J’invente des astuces,

Des moyens, des tourments pour ne pas périr quand l’hiver sera là. 

Et il approche d’un bon pas…

(Puis caustique) 

L’août, voisine, s’achèvera…

(Un rien triomphante) 

Que feras-tu, alors ?

Dis moi ?

La Cigale : (Soupire) 

Je sais, Fourmi, je sais.

Et je comprends…

Tu m’avertis.

Je t’en sais gré.

Et je t’entends.

L’hiver n’est pas de ces invités qu’avec joie je vois arriver.

(Puis comme lasse)

Mais que veux-tu ?

(Se rallume sa voix à l’évocation de sa passion, le chant) 

Puis-je laisser chaque soir le soleil s’enliser

Sans lui avoir présenté mes louanges d’été ?

Puis-je, de jour, et muette, vaquer aux quotidiennes besognes

Or que tout autour de moi la nature chante en choeur ?

Je m’allie à elle, et à l’unisson nous chantons…

Jusque tard à la nuit encore j’accompagne son refrain

De mon chant estival, et ce, dès le juin.

(A nouveau généreuse, conciliante, caline mais sincère) 

Et je chante, voisine, aussi pour toi !

(Et tendre, modeste) 

Puisse mon chant te réjouir le coeur dans tes moments de peines et de labeur.

La Fourmi (Grinçante) 

Me réjouir le coeur ?

Bah!…

Tes bavardages me font passer l’heure !

(Et méprisante) 

Il ne m’est pas ce loisir de me laisser amuser…

Et le travail m’attend.

Je m’en vais !

La Cigale : (Déçue,puis, soudainement, véhémente) 

Tu fais la fine bouche…

Tu te moques !…

(Elle monte le ton, s’énerve, comme de juste) 

Oserais-tu dire que de mon chant comme d’une guigne tu te soucies ?

Vraiment ?

Qu’il ne t’importe ni n’emporte ni n’éveille en toi

Aucune parcelle d’émotion te donnant quelque joie ?

(Et haussant encore plus le ton, ajoute)

Oserais-tu, Fourmi, l’affirmer, cela ?

Que mon chant ne t’émeut ni ne te sers de rien ?

Qu’il est creux ?

Et sans raison ?

Qu’il est puéril ?

Et vain ?

Qu’il n’est que non-sens ?

Bruit de fond ?

La Fourmi : (Etonnée de voir la Cigale coléreuse, même inquiète, tempère)

Calme toi, Cigale, voyons…

Je ne voulais pas te faire la guerre.

(Sincère) 

Je me fais souci de toi, et de ta survie !

Ne m’en tiens pas grief, je t’en supplie.

(Et radoucissant encore le ton)

Te voilà rouge de colère,

Et cela n’est pas bon…

(S’approchant de la Cigale, humble, se promenant, pattes croisées, tête baissée) 

Il est vrai, voisine, que d’aller par les chemins à courir derrière quelques grains,

A risquer me faire écraser sous toutes sortes de pattes et de pieds,

A être la proie fragile de prédateurs

Qui attendent, patients, un faux pas, une erreur…

Il est vrai que lors de toutes ces épreuves ton refrain

Adoucit mes jours dès les heures chaudes du matin…

(Sur un ton très tendre, presque de gratitude) 

Et le soir lorsqu’en ma demeure

Je vais, je viens, je tire, je range, je transporte et charrie

Mes pailles, mes feuilles, mes racines et brindilles

Tu m’enchantes au moins assez pour que mon travail je puisse l’endurer

Sans que trop ne me pèse l’heure.

(Et comme en un aveu, une triste consolation) 

Il est vrai, Cigale, tu chantes aussi pour moi.

Le désir de chanter ?

Non. Je ne le connais pas…

Car je ne puis, je ne puis chanter tu vois.

Et même si je le voulais, je ne le pourrai.

Je n’ai reçu ni lyre ni Muse.

Et la pratique du chant, de ce fait, en rien ne m’amuse…

Mais toi, tu en fus dotée !

Est-ce là pourquoi force t’est d’en user ?

Et là aussi pourquoi je m’obstine, moi, dans ma rancoeur,

 Prétendre ne pas t’écouter ?

La Cigale (A nouveau radoucie, sans rancune et revenue à sa joie de cigale) 

Peut-être…

Mais qu’importe?

Je chante, voilà tout !

Je n’ai reçu que la Muse, que la lyre,

Et de tes propres dires, mon chant réconforte…

(Alors,lançant à la fourmi un clin d’oeil malicieux) 

Quand l’hiver sera aux portes, je… danserais, me disais-tu ?

 —

La Fourmi : (Gênée de ce rappel, honteuse même) 

Mais non, ma bonne, voyons,

C’était là un grave malentendu !

Levons le !

Allons.

Il subsiste depuis déjà force temps.

(Puis, cille orise d’une idée subite)

Ecoute…

Je te propose un marché !

Faisons échange…

(Avec assurance) 

Tu me donnes ton chant ?

Dès le lever ?

Jusqu’au coucher ?

Et même après ?

Soit !

Je t’en remercie !

Et je le prends !

Quant à moi, je te donnerai, à l’avenir, pour les mois d’hiver de quoi subvenir.

(Et sur un ton de confidence et d’allusion comique, concluant) 

Je ne suis pas prêteuse, c’est écrit…

Mais, offrir, moi aussi je le puis !

MandraGaure

Ce texte fait partie d’un recueil composé en Juin de l’an 2000 à l’occasion et à l’intention de la fête de village à Tongrinne où il fut récité par l’auteur à la salle communale.

Il fut par la suite aussi présenté à Tamines, Auvelais, Sambreville, Gembloux et Sombreffe dans les écoles maternelles aux Ateliers « Conte & Raconte »

Soir…

*

*

*

*

De rue en rue...


*

*

*

*

*

De rue en rue j’erre ma ville…

Où s’écoule le fleuve des silences plus de vie sauf le murmure des fausses déités les voitures sur l’échangeur et les sirènes des policiers offertes à la nuit mouillée qui poursuit sa crue dans le ciel du soir accusant nos devenirs en larmes lentes tombant là où nos mains se tendent nues au dessus des murs bariolés d’insanités d’obscénités pareilles à de sanglants tatouages lézardant les briques cachées sous une couche de couleurs salies de pollution je pleure du fond de mes yeux les intarissables regrets se rejoignant dans le fleuve noir des désespoirs indicibles…

De rue en rue j’erre ma ville …

*

*

*

*

*

*

*

MandraGaur’En Indivudu’Elle

*

*

*

*

*

*

Droits d’Auteur : Comme il se doit…

*

*

*

*

Parole

*

*

*

(...)

*

*

*

*

La Poésie

Est l’unique langage

A même de transformer

Les galets de la grève

&

Les cailloux des sentiers

En vocables

Louant la Liberté.

*

*

*

*

MandraGaur’En Individu’Elle

*

*

*

*

*

*

*

Droits d’Auteur : Selon les Règles et les Lois

(Ne me plagiez pas, vous serez reconnu !)

*

*

*

*

De Lune Pleine

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

Ce serait Toujours le Meilleur

Ajourné d’une Affirmation Temporaire

Dès lors que Court la Plume, Volubile,

Sans Jamais se Taire …

*

Muselez moi donc le Chant

Des Menteuses Sirènes Affabulant

Mon Âme Eblouie pour l’Anéantir

De leurs Mythiques Rengaines …

*

Sachez qu’en d’Absolues Abysses

Se perdent mes Pensées

Se Noient mes Rêveries

Se Jettent mes Idéaux

De Sommets en Précipices …

*

Car Tourne le Manège du Soir

Aux Mâtins d’où les Chevaux

Des Frises Echappent par Bravade

Galopant Effrénés en Suicidaire Cavalcade …

*

Ô Mystères Denses, Y en a-t-il Un

De Ceux auxquels tu Rêves et Penses

Résolvant l’Énigme Intense

Qui te Saoûle de ses Cadences ?

*

Tant il y en a des Vocables se Liquéfiant

Dans le Néant après être passés

Au Travers du Tamis percé

Par l’Indifférence… Ou par l’Oubli…

*

La Fierté d’un Ecrit serait-ce

Le Sentiment de Comblante Synchronicité

Entre la Translation Réussie

De l’Indicible du Soi et sa Véracité ?

*

Cependant de Verbes en Verbiages

Et de Paroles en Bavardages

L’Accès au Sens reste Malaisé

Et le Chemin Escarpé pour Parvenir aux Paysages.

*

Or donc si du Lever au Coucher

La Clarté pouvait Irriser les Bravades

Alors du Coucher au Lever

Elles Enlumineraient les Oniriques Ballades.

*

Làs que Dire de ces Heures Lentes

Où les Pensées Immiscées aux Désillusions

Enlacent d’une Etreinte Agacée

Les Dérisoires Serments Avortés ?

*

Que dire encore

Des Ephémères Promesses d’Aurore

Là où les Confins des Nuits Laissent à Peine

La Luminosité des Premiers Rayons s’Eclore ?

*

N’est-il qu’en leurs Célestes Harmonies

Les Astres Eux-Mêmes Pleurent

La Perte des Boréales Symphonies

Où leurs Auras Epousaient l’Infini ?

*

Là où les Nymphes Chantent

Aux Sons des Luths

Là où les Vestales dansent

Aux Mélodies des Flûtes

Là est Cachée la Source des Spiritualités.

*

Là où les Déités s’Eveillent

Aux Plaintes des Cythares,

Là où leurs Vaisseaux

En Silence S’Amarrent,

Là est Imprimé le Sceau de l’Immensité.

*

Là où les Proues des Navires

Lentement Chavirent,

Où les Récifs

Dans les Eaux Tourmentées se Mirent

Là est Enfoui le Talisman de l’Eternité.

*

Se Dévoile la Lune

D’Entre les Nuages l’Effilochant.

S’Irradie la Voûte

De ses Reflets Mouvants.

S’Incline mon Front

Terrassé de Tourments.

*

*

*

*

*

*

*

*

*

RED_BAKKARA

*

*

*

*

*

*

*

*

Droits d’Auteur

Voyez à la page d’Acceuil

*

*

*

*

*

De Nuit

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

S’éteint le ciel la nuit revient

Pour t’endormir jusqu’au matin

Le monde des rêves tu rejoins

Dans ses filets Morphée t’étreint

*

*

Dans ses filets Morphée t’étreint.

Les joies les peines les chagrins

Les souvenances des desseins

S’allument en gerbes aux lointains

*

*

S’allument en gerbes aux lointains

En images lentes et soudain

Telle une veilleuse brûlant en vain

Le songe t’agrippe en son sein

*

*

Le songe t’agrippe en son sein

Tu suis le rythme tu tends la main

T’accroche aux draps sonne un tocsin

C’est le voyage vers l’incertain

*

*

C’est le voyage vers l’incertain

La lune luit elle se souvient

Invite les âmes des humains

A danser aux sons aériens

*

*

A danser aux sons aériens

Des ballets vifs dans les confins

Aux lisières des bois et des chemins

Des ombres scandent des refrains

*

*

Des ombres scandent des refrains

Des mélopées bruissent en quatrains

Tremblante aux bords des gradins

Déjà la nuit touche son déclin

*

*

Déjà la nuit touche son déclin

T’ouvre les yeux, pauvre baladin

L’astre retourne dans son écrin

Ce  pèlerin voit  l’aube enfin

*

*

Ce pèlerin …

Voit l’aube…

Enfin…

*

*

*

*

*

*

*

*

RED_BAKKARA

*

*

*

*

*

Droits d’Auteur

Page d’Accueil

*

*

*

*

*

*

Miroir

*

*

*

*

*


*

*

*

*

*

Tant de  jours …

D’émotion …

Et d’attente …

Ardente …

De se retrouver …

La mienne …

Pareille …

Aussi …

*

Le goût du retour …

Se sentir ?…

Y revenir ?…

Et savoir tout pareil …

Or que …

Tout a changé …

*

Car est présent …

Car est nommé …

Entr’eux …

Ce risque …

Et la peur du risque …

Et le risque de la peur …

*

Risquer la peur ?…

Ou craindre le risque ?…

De sombrer dans un miroir …

C’est d’en dedans que surgit le regard …

*

Et le plaisir…

Et le rire …

Et le dire ?…

Et pas de mots, plus de mots …

Rester sans mots sous le coup …

Et cent mots pourtant …

Et tout autant …

*

Et pas que ça et même mieux …

Et mille mots …

Encore sont trop peu …

Prendre la main de la Muse …

De ma Muse ?…

M’amuse ?…

Oui je m’amuse aussi …

*

« Je suis en joie » veut dire ceci …

Et ma main bien serrée dans la sienne,

(Celle qu’elle me tiendrait si elle me voulait sienne)

Muse vient mais viens donc me chercher…

La nuit est hostile …

La solitance me vise …

En plein dans le mille…

Cent et mille …

Et tant de mots sont venus …

*

Et un conte est devenu …

Lui offrir …

Car une histoire …

Est advenue …

Muse …

Tu m’inspires !…

Je le lui dis ?…

Je vous l’offre …

C’est songeant de vous …

Qu’elle peut écrire …

*

Le texte émerge

Par cent et par milles mots

Des cent et des milles chœurs

Psalmodiant la résonnance …

Chassant les peurs …

De son écriture …

Le son de son écriture …

Car elle est musique …

*

Se nomme missives …

Les paroles  incursives.

Comme des incisives ?

Des histoires seront …

Des contes …

Pas drôles ?…

Pas toujours …

Mais émouvants ?…

Féeriques cependant …

Si bleu ?

Que blanc que rouge que noir !…

*

L’étoile …

L’étoile du soir …

Sans ‘annonce’ préalable …

To nobody else …

But You !…

But You ?…

D’à elle d’à moi ?

D’à nous d’à vous !

L’étoile si noire  …

C’est comme un cadeau ?!

De pouvoir dire les mots …

*

Des mots des mots …

Ment …

Pour sceller …

Les maux …

Les perceptions …

Ces pré-sentiments …

Et motion …

Impalpable …

Dont le vocable si ‘flou’ …

Essaye de vouloir dire beaucoup …

Tout sans rien dire du tout …

*

Ou rien du tout dire pour dire tout ?

Nous le savons pas vrai ?!…

Qu’il n’y a pas de risque sans peurs …

Ni de peurs sans risques …

Ni non plus qu’il n’y a …

De « Re-Connaissance » …

Sans l’intime présence …

*

Là où l’âme veut croire …

Qu’elle existe quelque part …

Tant il est vrai …

Qu’elle se cherche un miroir …

Miroir ?

M’y voir ?

S’y voir ?

Se voir ?

Savoir …

Me voir …

*

*

*

*

*

*

*

RED_BAKKARA

*

*

*

*

*

*

Droit d’Auteur ? Page d’accueil !

*

*

*

Glace !

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

Froid …

Et dans le dos une main de glace …

Avant que tout ne s’efface …

Avant que la mémoire ne fasse son tri…

Ne laisse aux oubliettes tout ce qui d’emblée …

S’oublie …

Noire la couleur de l’horizon où tout s’égare …

C’est le peintre qui l’a reproduit …

Ne voir rien à travers les hublots il fait nuit …

*

*

Et froid …

De ses yeux coule une larme …

Acide c’est le goût de ce mauvais charme …

Il la désarme …

Sa langue …

Va chercher sur ses lèvres le goût salé d’un soir …

Acide le regard plongé dans la réalité …

*

*

Froide …

La lame de glace …

La lame de fond la lame …

De métal acéré …

Aux rayons des étoiles …

Du ciel noir lui aussi …

La voix se perd dans l’abîme des sans regards …

Sur la mer si immense des désespoirs …

*

*

Si froid …

Et dans le dos une main de glace …

Avant que ne trépasse le souvenir …

Il se doit dire …

Ce qui peut-être jamais ne reviendra …

Le moment l’instant celui où elle parle là …

Où se consignent les écrits en vers révoltés …

Révolver sur la tempe et forte debout …

Au bastingage pareille aux  loups …

De mer et sans cri ni plainte tomber…

Le verbe haut …

Et le front droit …

Au sol …

Sur le pont …

Ne rien oublier …

*

*

Et froid …

Dans le dos une main de glace …

Avant que tout ne s’enlace ne s’en lasse…

Et nous passe dans des noeuds…

Dont impossible de se défaire il sera alors…

Trop tard pour marcher et courir …

Les pieds entravés…

De souvenirs qui ne pourront que hurler…

Alors qu’il conviendrait de s’en taire…

S’en défaire …

Et s’enterre cauchemar sans peur…

La voilà droite à la proue et devant elle …

S’envolent les paroles au gré de tous les vents…

Contraires …

Plutôt que de se taire regarde les…

Vois les à présent s’en aller par dessus les terres…

Et les mers elle espère …

Et ne jamais plus vouloir s’arrêter…

Au moins elle l’aura fait de les libérer…

Même si d’avoir osé les proférer…

Pourra faire que l’on vienne l’enfermer …

*

*

Dissidence ?

Halte là !!!

Ne te retourne pas !

Ne recule pas !…

Reste là immobile on te fouille !…

Et si t’as la bonne bouille …

Peut-être bien que tu pourras revenir …

Et reprendre le joug …

Prendre le bât et te faire oublier …

*

*

T’as compris toi là-bas ?…

Diligence !!!!

Que traines-tu dans ta valise ?

Rien ?!

Elle est vide ?…

Et la mémoire ?…

Pleine de rides ???…

Ras le bol de tout …

Et de quoi surtout ???

De tous ces jours où rien ne vient …

Et d’attendre sans espoir et sans fin…

Et d’espoirs sans attente ni rien …

Et d’attendre sans plus espérer

Et la tourmente du néant et puis du noir …

Où même un chien n’irait voir …

Et de voyager seule de la cale au pont …

*

*

Et froid …

Avec dans le dos cette main de glace …

Qui glace le temps …

Passe donc passant !

*

*

*

RED_BAKKARA

*

*

*

*

*

*

*

Pour les droits d’auteur

Voyez la page d’accueil

*

*

*

*