Afin que je puisse.

Comment vous réveiller, peuples ?

Comment vous faire comprendre que déjà sonne le glas ?

Comment vous sauver malgré vous puisque vous ne bougez pas ?

Dites…

Mais dites le moi.

Afin que je puisse.

Comment vous secouer, peuples ?

Comment vous extraire de vos tanières et chaumières ?

Comment vous faire entendre le danger puisque vous n’écoutez pas ?

Dites…

Mais dites le moi.

Afin que je puisse.

Faut-il vous épouvanter, peuples ?

Faut-il vous décrire l’horreur des terreurs et des cris ?

Et vous rappeler qu’ils tueront vos mères, vos pères, vos petits ?

Dites…

Mais dites le moi.

Afin que je sache.

Ce soir, pour vous, peuples…

Pour nous tous, pour nos enfants et nos demains.

Mon âme de peurs chavire et mon cœur d’angoisses est étreint.

J’écoute…

Mais n’entends rien.

Car vous ne répondez point.

MandraGaure

Marchienne-au-Pont

Ce jeudi 7 août 2014

Si j’écris…




… Si j’écris

Ici.

C’est comme ailleurs. Un peu partout.
Des bribes. Des lambeaux.

Des déchirures de mots.
Des tentatives. Des dérives. Verbales…
Des coins de voiles. Opaques.

Soulevés. D’un vent furtif.
Puis retombés. Inertes.
Sur mes silences.

J’essaierais. Rien n’est gagné.
Le clavier. L’écran. Me heurtent.

Il n’y a que la plume, À la main,

Magique medium…
Trempée d’un geste familier,
Dans l’encre, Touchant le fond,
Le fond. … De l’encrier…

Il n’y a qu’elle,

Crissante suiveuse de lignes,
Fidèle interprète de signes,
Ombre régulière sur le papier,
Dont le blanc,

Le blanc.

Jamais,
Ne m’a effrayée. …


N’ayez pas peur de moi.

MandraGaure

La Clepsydre

*

*

*

*

*

*

*

Clepsydre de Karnak

*

*

*

*

*

*

*

 » Ces vers …

 » Composés cette nuit …

« 16 juin 2011 …

 » Dédicacés …

 » A Xavier Fisselier …

*

*

*

*

Trop tard mais jamais avant l’heure de la clepsydre,

Immuable, s’écoule le goutte à goutte du temps passé

Où s’accumulent les pleurs.

Et de naissance vaine devoir le traverser,

A mort soudaine le maîtriser …

Sans terreur ni frayeurs …

*

*

*

*

*

Sans cesse renouvelés, le chemin parcouru

Dans les larmes, s’émeuvent les trop lourds chagrins

En succession de rêveries mortes,

Avant même d’avoir pu célébrer

L’éveil en l’éclat de frêles matins.

Et les soleils si noirs noyés de désespoir.

Et les mèches trop vite éteintes des chandeliers du soir,

Tels pétales d’amour flétris, précédant le jour fini,

D’une succession de  nuits à errer comme hagard …

*

*

*

A l’écoute des chants fragiles,

L’ oiseau malhabile, aux ailes graciles

Rognées d’utopies, ira à jamais s’enliser.

S’épanchent dans les sables des mouvances

Les perles de peurs irisées

En minuscules rigoles à peine striées.

S’évaporent aux brasiers des déserts arides,

De mirage en mirage, sans répit ni lassitude répétés,

Les desseins de l’eau s’écoulant en ruisseau chuchotant

Vers la brume, telle une floue oasis esquissée.

*

*

*

Sur la mer des aubes

Les cernes des regards effleurent l’horizon

Où s’éveille le port au givre glacé des songes.

Du bleu des lames

L’encre séchée trace des vocables en flottaison.

Dans l’estuaire des âmes la mélancolie ronge.

Guidant les pas la résonance des pleurs ceint l’aurore

Prise en une nasse alourdie de souvenances amères.

*

*

*

*

*

Il n’est de matins.

Il n’est de nuits.

Ni de temps passant …

Dont la clepsydre, inlassable,

N’écoule les heures austères.

*

*

*

*

*

*

*

*

Mandragaur’En Individu’Elle

*

*

*

*

*

*

*

Droits d’Auteur : Page d’Accueil

*

*

*

*

*

*

*

Meanwhile …

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

Ces mots sont  vôtres

Ces vers sont nôtres

Tant de vous car en moi

Donc de nous inspirés

Ces mots sont nôtres

Et s’en vont voyager

De ces temps

Meanwhile

*

*

*

Ils s’élèvent, s’étirent

S’enlacent, se mirent

Dans la psyché imaginaire

Où flânent nos pensées

En des songes éveillés

De ce temps

Meanwhile

*

*

*

Prenons le, apprenons le,

Que rien ne presse

Que surtout ne cesse

Le rêve qui progresse

Puisse-t-il nous prendre

Nous surprendre

Jusqu’à la nuit

Jusqu’aux aurores

Et plus loin encore

Là où s’évadent les vents

Les courants

De ces temps

Meanwhile

*

*

*

Dans l’attente lente

Les silences longs

Sonores si sonores

Silences emplis de vous

De moi  de nous

De toutes les musiques

S’élevant nostalgiques

Vers les astres

Qui nous  invitent

De ce temps

Meanwhile

*

*

*

Le temps intense,

Léger immense,

Où de la pointe des pieds

Je danse

D’un nuage à l’autre

A me rapprocher du vôtre

Une fois de plus

Une fois encore

Je veux deux fois

Je peux trois pas

J’arrive me hisse

Tends les bras

Ma main dans la vôtre

Je viens près de vous

Me poser

De ces temps

Meanwhile

*

*

*

Prenons le emplissons le

Usons de lui habitons le

L’espace  est nôtre

Écrivons ces vers

Ces proses ces phrasés

Ces pensées composons les

Partageons  celles qui effraient,

Celles qui subliment ou persistent

Et font imaginer

Vous le savez

De ce temps

Meanwhile

*

*

*

Doucement

D’une plume tranquille

Traçons les lignes

Strophes graciles,

Calligraphions les signes

Ils se tissent dociles,

S’emmêlent s’accrochent

Nous prennent s’effilochent

Dans cette nasse onirique

Aux fragrances

De réalité

De ces temps

Meanwhile

*

*

*

Ce temps de vous de moi,

Ce temps qui vient qui va

Se balance en cadence

Nous berce nous mène

Nous fait tournoyer virevolter

En une valse aérienne

Prudente si ardente

Déroutante si séduisante

Si gracieuse d’harmonies

Et de légèretés

De ce temps

Meanwhile

*

*

*

Il nous surprend nous suit

Nous regarde nous épie

Nous précède nous enlève

Nous questionne point de trêve

Nous interroge nous apeure

Nous guide nous hêle

Nous touche nous élève

Nous rapproche

Et nous allons

De ces temps

Meanwhile

*

*

*

Nous le gravissons

Vous le disiez

Marche à marche

Pied à pied

Petits bouts collés

Bouts de rêve de plaisir

Bouts de partage de désir

De confidences connivences

Suspendues au balancier

Des possibles

A venir

De ce temps

Meanwhile

*

*

*

Nous les suivons

Battements réguliers

De la pendule il nous mène

Nous promène et nous irons,

Nous le devinons le voulons

Nous haussant éblouis

Surpris, étonnés , conquis

Contemplant de là-haut

Le cours des choses du monde

Consignerons en secondes

Les contes émerveillant

Les enfants

Même les plus grands

De ces temps

Meanwhile

*

*

*

Ces mots sont vôtres

Par vous de nous en moi inspirés

Je viens vous les donner

Ces mots sont nôtres

Ils viennent vous confier

Ces pensées

De ce temps

Meanwhile

*

*

*

*

*

*

*

RED_BAKKARA

*

*

*

*

*

*

*

*

Droits d’Auteur

Voir page d’Accueil

*

*

*

*

*

*

Le berger

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

La connaissance, je dirais le « Savoir » de la « Pratique » et du « Fonctionnement » séquentiel, instinctif, systémique et intuitif de la psychologie humaine, la préhension de la pensée théorique et la force d’observations « Cliniques » réunis ensemble forment une ‘arme’ …

*

*

*

(Je dis ‘arme’ oui, je le sais …)

Une arme redoutable et à double tranchant…

*

*

*

*

*

*

Arme pour le combat possible par l’expression entendue et avertie dans la souffrance morale, dans le mal-être, ses dérives et dérivés … Arme aussi dès lors que mise à profit de l’intention de puissance, de pouvoir, de contrôle, de manipulation et de gestion des ressources, de toutes les ressources …

*

*

*

Mener le peuple vers l’abîme demande autant de « finesse » (Oserai-je dire de ‘ruse’ ?…) dans la perception de ses forces et faiblesses, de ses puissances et failles, de ses vertus et travers, de ses qualités et défauts et  que pour le mener vers le sommet !…

*

*

*

Je pense aux ‘bons’ et aux ‘mauvais’ bergers …

Je sais pourquoi …

*

*

*

Voilà, pour ma part, en ce moment, et dans le cours de mes pensées, ce qu’il en est de mes observations.

*

*

*

(En conclusion momentanée …

Nous y reviendrons …

Assuré !…)

*

*

*

MandraGaur’En Individu’Elle

*

*

*

*

*

(Gazouillis ?)

*

*

*

*

*

*

Note : Je rappelle pour tout ceux que ça intéresse que ce que j’écris est protégé non seulement par la Licence Créative Commons mais aussi par la législation belge et internationale propre aux droits d’auteurs de même que par le dépôt des publications de ce blog (ou de tout autre de mes textes par ailleurs) dans les fichiers de la bibliothèque Royale Albertine à titre d’auteur belge repris dans les archives et déjà publié. Merci d’en tenir compte. Si des textes vous intéressaient vous pouvez me joindre par mail. La page d’accueil vous informe amplement à ce sujet de même que des normes, clauses et droits d’utilisation de mon oeuvre. -L’Auteur-

*

*

*

La houle ….

*

*

*

*

*

*

*

Pareille à une forme visqueuse elle me prend,

M’enrobe, me lamine!

Me mine!

*

Telle une vague lente,

Se soulevant puissante …

Se dressant…

*

Sur le ventre de la mer …

Qui avance …

Se soulève …

*

S’arrondit et se creuse …

Se recule, ondule …

Prend forme d’arabesque …

*

Ou presque …

Puis d’une longue plainte sonore …

Simiesque …

*

S’élance vers l’avant …

Et se love et s’écrase de sa masse …

Se prélasse…

*

En un mouvement fracassant …

Et s’étire et s’étale et s’étend …

S’immisce se faisant, le dos rond …

*

Et dedans me broie par le fond …

De ces jours ….

Mais pas toujours …

*

*

*

*

MandraGaur’En Individu’Elle

*

*

*

*

*

Note : Je rappelle pour tout ceux que ça intéresse que ce que j’écris est protégé non seulement par la Licence Créative Commons mais aussi par la législation belge et internationale propre aux droits d’auteurs de même que par le dépôt des publications de ce blog (ou de tout autre de mes textes par ailleurs) dans les fichiers de la bibliothèque Royale Albertine à titre d’auteur belge repris dans les archives et déjà publié. Merci d’en tenir compte. Si des textes vous intéressaient vous pouvez me joindre par mail. La page d’accueil vous informe amplement à ce sujet de même que des normes, clauses et droits d’utilisation de mon oeuvre. -L’Auteur-

*

*

*

Aléatoire …

*

*

D’un jour comme ça …

*

Sur Twitter …

*

*

*

Terre !

Terre !

*

*

*

*

Bonjour TWTertous.
Je me couche je pense au pétrole…
Je me réveille je pense au pétrole…
*
La seule solution possible serait pour début aout ?
(Nous étions mi-mai là !!! …
Aujourd’hui 21 juillet ça coule toujours autant !..)
*
*
C’est quand on a été mordu qu’on comprend qu’on a des dents… Je sais que j’ai des dents et je mords ceux qui me mordent…
*
T’en fais … Tous les matins restent des jours levants… Tant qu’il y aura des gens de coeur comme nous tous il y aura de l’espoir.
*

*

*
La d’ssus j’vous laisse je vais aller prendre mon violon. Il m’adoucit la conscience critique & les plaies à l’âme humaine
*
Les blablas moi c’est pas mon rayon. Je taille à vif désolée et j’ai des cales aux mains, les pieds sales et la sueur au front.
*
Il y a une grande différence entre l’illuminé et l’ouvrier. Je suis une ouvrière de l’humain pas une rêveuse ni une éthérée.
*
Il ne s’agit pas d’un délire pathologique de convictions dans ce que je vous raconte il s’agit de lucidité et d’expérience de terrain.
*
Oui j’ai vu mais là non plus vous ne m’aurez pas sur le thème de l’internement. Je connais la question plus qu’à fond croyez moi bien.
*
Aucun humain au monde ne désire délibérément le pire, c’est la cupidité et l’avidité de l’élite qui le mène à son tombeau.
*
Et si il continue à user de véhicules à mazout c’est parce qu’on continue à le manipuler pour qu’il le fasse parce que ça rapporte !
*
Et je sais que le peuple peut être le meilleur et le pire selon qu’il sera mené vers le meilleur ou vers le pire. Qui me dédira?
*
Je suis une femme universelle, une femme du peuple, du sang, de la sueur des cris et des larmes, et je connais l’odeur de la peur.
*
Je sais aussi combien il peut être généreux et bon et courageux. Je sais aussi que les bons guides font les bons troupeaux.
*
Je peux mourir pour lui. Je connais sa force et sa faiblesse et je sais combien il est fragile, manipulé et exploité. Je sais.
*
Je vis quotidiennement avec la masse et dans la masse (et la nasse). Je suis « sur le tas » et je sais de quoi je parle c’est ma passion l’humain. Mon crédo.
*
Vous pouvez encore parlementer des nuits entières vous n’aurez pas raison de moi je suis trop ancrée dans la réalité pour ça.
*
Il ne s’agit pas de la partager, il s’agit de la rendre à la masse parce qu’elle leur a été volée! C’est une responsabilité citoyenne.
*
Et ça ne se fait pas avec des mots doux, des papillons et des fleurettes, ça se fait avec des mots tranchants, contondants
*
Un vrai révolutionnaire un  vrai maquisard un vrai résistant est celui qui se bat contre la volonté de garder le peuple dans l’ignorance.
*
La révolution commence dans les esprits. La vraie résistance est une dynamique qui se fait le livre à la main. C’est comme ça.
*
La connaissance commence par la lutte contre l’obscurantisme volontairement et savamment distillé dans l’esprit des peuples.
*
Pour arrêter d’utiliser les voitures il faut sortir de l’obscurantisme je répète et cela ne se fait pas avec des mots doux !
*
Bonne nuit à vous … Quelles que soient les opinions, les convictions et le ton, les échanges sont toujours bénéfiques. A une autre fois.
*
*
*
*
Et merci à vous tous.
Pardonnez moi de vous avoir troublé tant.
A demain et dormez bien.
*
Oublier n’est pas possible, juste mettre une sourdine à mon âme qui crie dans le noir. C’est tout et c’est peu …
*
*
Ils le savent que nous sommes impuissants.
Ils comptent sur notre impuissance.
Mais c’est Notre Terre, celle de Nos Enfants demain …
*
Je vous remercie.
Dormez tous vous aussi.
Je vais aller rejoindre ma couche et essayer d’oublier si je peux oui …
Dormir oui…
*
Merci
*
MandraGaur’En Individu’Elle
*

*

*

*

*

Note : Je rappelle pour tout ceux que ça intéresse que ce que j’écris est protégé non seulement par la Licence Créative Commons mais aussi par la législation belge et internationale propre aux droits d’auteurs de même que par le dépôt des publications de ce blog (ou de tout autre de mes textes par ailleurs) dans les fichiers de la bibliothèque Royale Albertine à titre d’auteur belge repris dans les archives et déjà publié.  Merci d’en tenir compte.  Si des textes vous intéressaient vous pouvez me joindre par mail.  La page d’accueil vous informe amplement à ce sujet de même que des normes, clauses et droits d’utilisation de mon oeuvre.  -L’Auteur-

******